psychanalyse

Dégagement, au cours de la cure et par l'écriture, des pulsions enfouies dans un héritage traumatique


Conférence de Janine Altounian le 18 octobre 2013 à l'Ecole Belge de Psychanalyste

Au repos des Chasseurs, 11 Avenue Charle-Albert , 1170 Watermael-Boisfort, Belgique

......

18/10/2013
Ecole Belge de Psychanalyste
Dégagement, au cours de la cure et par l'écriture, des pulsions enfouies dans un héritage traumatique

Fabrique du Dire 2018. « Il reste à penser. Du reste ! » 24 et 25 mars 2018 à Strasbourg

La « Fabrique » du Dire est tout à la fois un lieu, point de rencontre, et un verbe : “ça“ fabrique du Dire, possibilité de prendre à son tour la parole, lorsqu’en tant de lieux, ce qui est à dire est écrasé par le protocole stérile ou la grille de lecture préfabriquée.

Un lieu : où ça Fabrique du dire. Depuis leur création (en 2006) les sessions de la Fabrique sont un espace où chacun peut trouver le mot « à sa main » (Zuhandenheit), suivant une méthode affinée de session en session où l’expression personnelle fait corps d’un Collectif, et plus loin. Nous serons accompagnés dans cette démarche par Janine Altounian1 qui ouvre son livre déjà cité (note 2) avec cette belle expression : « Traduire pour hériter, écrire pour aimer 2». Où “l’écrire“ fait chemin d’un penser. Du reste ! 

Fabrique du Dire 2018
24/03/2018
Espace St Michel, Clinique de la Toussaint - Strasbourg

Témoignage et survivance

Comme nul autre, le 20e siècle aura été marqué par l’expérience génocidaire et les exterminations de masse. Ces événements ont imprimé une marque indélébile dans l’histoire de l’humanité, et ont suscité pour cette raison une réflexion inédite qui tente de prendre la mesure de l’expérience de l’extermination de groupe. Que signifie être la cible d’un plan d’extermination du groupe auquel on appartient ? Comment y survit-on ? Quelles sont les oreilles pour entendre un tel témoignage ? De quoi témoigne-t-on lorsqu’on a passé par la sujétion la plus ultime ? Peut-on produire une preuve de cette expérience ? Les textes réunis dans ce volume tentent d’indiquer des réponses à ces questions, afin de commencer à mieux cerner cette figure à la fois aporétique et incontournable qu’est le témoin à l’époque de la survivance.

Cet ouvrage paru en 2014 est issu des actes du Colloque "Témoignage et Survivance"  du 29 avril 2010 à Genève.

Contribution de Janine Altounian : "Exhumer une trace, faire entendre une voix requiert plusieurs générations ".

Témoignage et survivance
Sous la direction de Emmanuel Alloa, Stefan Kristensen Avec des contributions de Hülya Adak, Janine Altounian, Marie-Aude Baronian, Catherine Coquio, Alexandre Dauge-Roth, Pascal Delhom, Geoffrey Hartman, Robert Harvey, Sybille Krämer, Marie-José Mondzain, Marc Nichanian, Soko Phay-Vakalis, Jean-Philippe Pierron, Régine Waintrater et Sigrid Weigel.
Imprescriptible
français
2014
368
978-2-940406-79-1

Colloque International Transdisciplinaire des 15, 16 et 17 mars 2012 : "Dynamiques du vieillissement" - Université Paris Diderot - Paris 7

Colloque International Transdisciplinaire sur les dynamiques du vieillissement le vieillissement général des populations européennes confronte socialement, économiquement, politiquement et démographiquement la société à de nouveaux problèmes et enjeux. Ce sont, non seulement, les représentations que la société a d’elle-même et de chacun de ses membres qui sont considérablement modifiées, mais encore celles qui concernent le sens de la vie et renvoient aux diverses conceptions de la santé et de la maladie. Les trois journées proposent des regards croisés sur :

- Les approches disciplinaires
- L’homme à l’épreuve du temps et de la dépendance
- La mémoire, la construction du passé et de soi
- Les dynamiques individuelles, institutionnelles et sociales du vieillissement

Avec Janine Altounian (Essayiste, Paris) : Remonter aux grands-parents pour retrouver jeunesse et esprit de lutte le samedi 17 mars au Grand Auditorium de la BNF dans le cadre de la matinée Regards croisés sur la mémoire, la construction du passé et de soi présidée par Jean-Claude Ameisen (Pr. d’immunologie, Univ. Paris Diderot, INSERM, Centre d’Etudes du Vivant). Ce texte a été publié en 2017 dans la revue Psychologie Clinique.

15/03/2012
Université Paris Diderot
Dynamiques du vieillissement

Traduzir o que não pôde ser dito por Janine Altounian

"Traduzir o que não pôde ser dito" in Lacuna n° 6 de dezembro de 2016  artigo, n -2, uma revista de psicanálise.

É um pouco embaraçoso estar encarregada da primeira intervenção deste colóquio na medida em que, retomando os termos de sua proposição, minha exposição vai certamente pensar “a tradução […] considerada nos seus efeitos de passarela entre disciplinas”, só que na perspectiva pouco habitual de uma passarela estendida entre a tradução de uma língua para outra e a tradução de uma transmissão psíquica para uma linguagem compartilhável, ou seja, entre os dois campos de minha atividade de tradutora, seja como germanista, seja como herdeira de armênios sobreviventes do genocídio de 1915.

Lacuna
06/12/2016
portugais
Traduzir o que não pôde ser dito por Janine Altounian
2016

Dictionnaire de la violence

Résumé
S’il y a un thème aujourd’hui qui ne cesse de provoquer des débats, autant en philosophie que dans les autres sciences humaines et sociales, c’est bien la violence. Le but de ce Dictionnaire est de donner tous les outils pour en penser les racines historiques, les manifestations contemporaines, la signification profonde.
Plusieurs questions fondamentales sont au cœur de ce Dictionnaire. Doit-on envisager une spécificité de la violence humaine ? L’idée de nature humaine est-elle pertinente lorsqu’il s’agit de réfléchir à la violence ? Peut-on penser un jour éradiquer la violence, comme l’espérait la philosophie des Lumières, ou doit-on accepter l’idée d’une ambivalence intrinsèque des êtres humains qui, soumis à des pulsions contradictoires, ne sont jamais totalement bons ou totalement mauvais ?
Parler de violence signifie aussi s’interroger sur les frontières qui existent entre soi et les autres et sur l’ambiguïté de sa propre existence ; porter un regard d’ensemble sur des pratiques qui vont de l’apartheid à la torture, de l’automutilation au viol, du colonialisme au terrorisme, mais aussi aborder la sexualité et l’inconscient, le passage à l’acte et l’inceste, le travail et la mort. Ces questions, si diverses, sont ici abordées de façon à constituer une analyse globale et renouvelée de l’objet « violence ».

200 auteurs (philosophes, sociologues, juristes, psychanalystes, historiens, théologiens, anthropologues) ont participé à ce Dictionnaire, unique et original, dont les 300 entrées dessinent une solide cartographie des notions et concepts clés, des penseurs et artistes, des références et travaux portant sur la violence, sujet au cœur de la nature humaine et de la modernité.

Article Traumatisme par Janine Altounian.

Dictionnaire de la violence
Sous la direction de Michela Marzano
PUF
Quadrige dicos poche
français
2011
1538
978-2-13-057734-8

Dictionnaire Freud

« Pour comprendre la psychanalyse, écrivait Freud en 1922, le mieux est encore de s'attacher à sa genèse et à son développement. » C'est ce principe d'un dialogue constant entre les origines de la découverte freudienne et son évolution que les auteurs de ce Dictionnaire ont adopté. Leur but est de permettre aux lecteurs d'aujourd'hui de découvrir ou de parcourir l'oeuvre de Freud en suivant la manière dont elle s'est forgée et développée.

Ce Dictionnaire, le premier du genre, revient sur les sources de la psychanalyse de Freud, tout en montrant comment son invention s'inscrit à la croisée de plusieurs traditions. Il s'attache aussi à envisager l'entreprise freudienne en fonction de son héritage et de sa postérité. Il évoque enfin ses échanges avec tous les domaines de réflexion et de création qu'elle n'a cessé de côtoyer (philosophie, littérature, anthropologie, histoire). Ainsi, ce Dictionnaire témoigne de la vitalité d'une oeuvre qui demeure parmi les plus considérables de l'histoire de la pensée.
Soixante-quinze spécialistes de Freud, internationaux et français, associés à des universitaires issus du domaine de la psychanalyse autant que des champs multiples des sciences humaines, explorent l'univers freudien selon une approche renouvelée et diversifiée. Ils offrent autant de points de repère et d'analyses approfondies qui permettent d'en avoir une vision d'ensemble et de le rendre accessible au plus grand nombre.

Dictionnaire Freud
Sous la direction de Sarah Contou-Terquem
2015
1088
2-221-12545-2

Lettres du divan - Écrire à son psychanalyste

Présentation du livre 

« Un analysant écrit à son analyste. Lettres, messages, poèmes, récits de rêves ou de souvenirs, aveux d’un désir, ou d’une douleur, qui ne se dit pas. Ces écrits en marge des séances occupent une place à part dans l’analyse ou la psychothérapie, comme si le désir inconscient et ses tourments trouvaient là à se loger. Dans le mouvement même de son écriture, le sujet rejoint la part cachée de son être, celle qu’il ne livre pas en séance. Il se souvient de lui-même en quelque sorte, pour et avec un autre qu’il retrouve dans l’imaginaire. Nous ne sommes plus seulement dans “ l’échange de mots ” (Freud) au sens strict, mais dans la correspondance. S’agit-il d’une écriture analysante ? D’une échappée hors du cadre analytique ? A-t-on affaire à un récit de soi qui trouve sur le divan sa raison d’être ? Et comment les psychanalystes accueillent-ils les écrits de leurs patients ? La réflexion proposée ici ne porte pas tant sur des écrits publiés que sur ceux qui croisent la parole en séance. Pour certains, l’écriture a précédé leur entrée en analyse et a rendu possible une ouverture à la parole analytique et à ses soubassements inconscients. Pour d’autres, déjà en analyse, elle est apparue comme une issue créatrice constituant symboliquement une “ chambre à soi ” (Virginia Woolf) pour y déposer les sédiments de sa parole. Le divan, réel ou imaginaire, constitue dès lors ce lieu où la lettre se compose, rejoint d’autres lettres, des inscriptions et récits d’autrefois en quête de quelque destinataire invisible. » (Louise Grenier)

Lettres du divan - Écrire à son psychanalyste
Sous la direction de Louise Grenier avec les contributions de Janine Altounian, Claude Brodeur, Jean-François Chiantaretto, Mireille Fognini, Louise Gareau, Francine Godin, Louise Grenier, Marie Hazan, Sophie Lapointe, Isabelle Lasvergnas, Monique Lévesque, Evelyne Gosse-Oudard, Ghislaine Pesant, Michel Peterson, Liuz Eduardo Prado de Oliveira, Daniel Puskas, Marie- Brigitte Ruel, Claude Spielmann, Jacqueline Rousseau-Dujardin.
français
2017
246
978-2-89578-602-3

"La temporisation transgénérationnelle, un cas de "Civilité" selon Étienne Balibar" in Jura Gentium - Rivista di filosofia del diritto internazionale e della politica globale :Vol. XII, 2015, Violenza e civilité. Riflessioni a partire da Étienne Balibar

Cet article publié dans le volume XII de la revue Jura Gentium, revue de philosophie du droit international, paru en 2015 est issu des actes du Colloque International d’Istanbul du 7 au 10 mai 2014 : "Violence, Politique, Exil/ Des- exil dans le Monde d'Aujourd'hui " en présence du philosophe Etienne Balibar.

L'ensemble de ce numéro est disponible en texte intégral sur le site de la revue ainsi que librement téléchargeable au format pdf.

L'intervention de Janine Altounian, "La temporisation transgénérationnelle, un cas de "Civilité" selon Étienne Balibar", se trouve à la page 132 et la communication orale donnée à l'occasion du colloque enn 2014 peut également être réécoutée ainsi que l'ensemble des interventions sur le site de l'événement.

Jura Gentium - Rivista di filosofia del diritto internazionale e della politica globale
05/11/2015
français
"La temporisation transgénérationnelle, un cas de "Civilité" selon Étienne Balibar" in Jura Gentium - Rivista di filosofia del diritto internazionale e della politica globale :Vol. XII, 2015, Violenza e civilité. Riflessioni a partire da Étienne Balibar
2015
Syndiquer le contenu